La Communauté Rodrigue

[INTERVIEW] Rodrigue & Delight : présentation de l’outil ED360

Oliver Abitbol, directeur général délégué et co-fondateur de Delight et Sébastien Vergnon directeur général et directeur Produit de Rodrigue nous présentent ED360 ce nouvel outil et ses avantages dans l’analyse et l’exploitation des données billetterie.




Pouvez-vous nous présenter Delight en quelques mots ?

🗨 Oliver :
Nous avons créé Delight en 2015 avec Marc Gonnet mon associé que j’avais rencontré dans mon job précédent. Il co-produisait alors deux comédies musicales dont l’une, “Salut les copains”, a très bien fonctionné, et l’autre, “Disco”, un peu moins. Quand il a voulu analyser ses publics pour comprendre cet écart, il ne disposait d’aucun outil pour mieux piloter son marketing.
Nous avons alors compris que les professionnels du spectacle avaient besoin d’outils leur permettant de transformer leurs bases de données en outil de connaissance de leurs publics pour mieux cibler leur communication et ainsi augmenter leurs remplissages.

Comment est venue cette collaboration Rodrigue/Delight ?

… par le biais du théâtre Tristan Bernard, nous avons réfléchi ensemble à mutualiser nos savoir-faire

🗨 Oliver :
Un de nos premiers clients, Pascal Guillaume, fondateur de Ki M’aime Me Suive et PDG du Théâtre Tristan Bernard avait besoin de mieux comprendre les comportements d’achat de ses spectateurs. Nous avons alors contacté Rodrigue leur prestataire billetterie pour mener une réflexion commune. De là est née mi 2017 la première interface entre Rodrigue et Delight .

🗨 Sébastien :
A cette même période, nous travaillions déjà sur une interface de visualisation des données complétant notre outil de billetterie. En rencontrant Delight, par le biais du théâtre Tristan Bernard, nous avons réfléchi ensemble à mutualiser nos savoir-faire – Rodrigue sur la partie de la collecte de la data et Delight sur la partie interface utilisateurs pour son traitement et son analyse.
Nous avons construit ce partenariat dans le but de proposer ED360 comme un module à part entière de notre offre. Nous le proposons soit à la licence soit en l’incluant dans le prix du crédit billet, afin de s’adapter à tout type de marché.


A quoi sert et comment fonctionne ED360 ?

… ED360 réceptionne les données collectées en billetterie, effectue son travail d’analyse, puis fait redescendre l’action générée dans Sphere …

🗨 Oliver :
ED360 permet aux clients Rodrigue d’analyser et d’exploiter leurs données de billetterie sur une interface simple et intuitive. L’outil est intégré à Sphere en amont pour obtenir la restitution des données de ventes et en aval avec l’outil de routage de mailing EDcampaign pour permettre de passer en quelques clics aux actions ciblées dont aura besoin le responsable Marketing et Communication, pour promouvoir une date, un abonnement, pour s’adresser différemment à une catégorie de public, etc.

🗨 Sébastien :
ED360 réceptionne les données collectées en billetterie, effectue son travail d’analyse, puis fait redescendre l’action générée dans Sphere. Il permet ainsi aux utilisateurs de retrouver toutes les opérations menées sur ED360 dans leur billetterie, telle qu’une segmentation de public marquée sur une fiche client par une information complémentaire.


Quels sont les avantages d’avoir ce module sur sa billetterie ?

ED360 permet d’apporter de la clarté et de la rapidité dans le traitement des données … [elles deviennent] exploitables par le biais d’indicateur métier …

🗨 Oliver :
ED360 permet d’apporter de la clarté et de la rapidité dans le traitement des données.  Delight n’ajoute pas de données, toutes proviennent de Sphere. En revanche on rend ces données exploitables par le biais d’indicateur métier. Par exemple, croiser le code postal fourni par le spectateur lors de l’achat avec celui de la salle permet de déterminer une distance parcourue par le spectateur, et au niveau macro, la zone géographique où se situe son cœur de cible. Ou encore, en comparant la date d’achat et celle de l’événement, on peut déterminer l’anticipation d’achat pour tel ou tel spectacle, etc.


Est-ce que tous les clients ou futurs clients Rodrigue sont concernés ?

… L’outil se dimensionnera automatiquement aux moyens que l’on y met … A charge à l’utilisateur d’adapter la solution à ses besoins …

🗨 Oliver :
L’outil s’adresse à tout type de lieu ou de producteur équipé de la solution Rodrigue, théâtre, opéra, salle de concert, club sportif, etc. et à toute taille de structures. En tous cas, à ceux qui veulent analyser les données générées en billetterie… et faire gagner du temps à leurs équipes. C’est un cercle vertueux, car nous constatons que plus la donnée est maîtrisée, plus elle est utilisée à bon escient, et plus elle pourra engendrer des ventes additionnelles qui donneront naissance à leur tour à de nouvelles données.

🗨 Sébastien :
L’outil se dimensionnera automatiquement aux moyens que l’on y met. Si une salle a peu de ressources à y consacrer, elle aura une utilisation plus sommaire avec malgré tout une plus-value dans sa connaissance de ses publics.  A l’inverse, plus on y met de moyens, plus les données seront maîtrisées. De même pour le domaine d’activité, un théâtre et un club sportif n’auront pas les mêmes problématiques, ni les mêmes besoins dans l’extraction des typologies de données.  A charge à l’utilisateur d’adapter la solution à ses besoins.


Pourquoi une meilleure appréhension de ces données est-elle importante ? Quels en sont les enjeux pour un lieu ?

... Il y a un vrai enjeu économique. Accumuler de la Data tout le monde sait le faire, mais l’exploiter c’est une autre affaire …

🗨 Oliver :
Le fait d’avoir de la donnée – par ex. les préférences en heure d’achat, la fréquence d’achat, la provenance géographique, etc. – peut déconstruire des idées reçues ou, à l’inverse, confirmer une analyse faite de manière intuitive. Cette notion d’objectivation de la donnée est au cœur de l’outil ED360. Mais la donnée est un moyen, non une fin. La fin c’est la meilleure compréhension du public pour lui construire une offre et une qualité de service adaptée afin de maximiser la fréquentation et améliorer les recettes.

🗨 Sébastien :
Le marché étant concurrentiel, les acteurs font face aux problématiques de rentabilité et de baisse de leur fréquentation. Il y a un vrai enjeu économique. Accumuler de la Data tout le monde sait le faire, mais l’exploiter c’est une autre affaire. C’est en proposant des outils comme ED360 que nous permettons à nos clients de se réapproprier la compréhension de leur public, d’analyser les résultats de leur programmation, de cibler davantage leurs offres et ainsi d’optimiser le retour sur investissement de leurs actions.


Le RGPD est mis en place depuis un peu plus d’un an. Certains lieux ne se pensent pas encore prêts à une telle gestion des données comme le propose ED360. Que peut-on leur répondre ?

... pas de crainte, les clients restent totalement propriétaires de leurs données, nous leur fournissons juste un outil pour les aider à mieux les comprendre …

🗨 Oliver :
Pas de crainte, les clients restent totalement propriétaires de leurs données, nous leur fournissons juste un outil pour les aider à mieux les comprendre. Le lien entre Delight et Rodrigue se fait à partir d’un identifiant unique, ce qui permet d’établir la correspondance entre un acheteur chez Delight et sa donnée personnelle (ex. adresse mail), qui reste chez Rodrigue. Delight ne reçoit pas et ne travaille pas à partir de la donnée personnelle, mais uniquement à partir de cet identifiant unique.

🗨 Sébastien :
Nous avons veillé dans ce partenariat, à respecter cette protection de la Donnée, qu’elle soit pseudonymisée et non pas nominative. Nous restons garants des outils fournis à nos clients en leur assurant d’être en conformité avec le RGPD.